La progression de la musique dans les sociétés africaines

La musique fait partie des rares éléments communs à toutes les cultures et à toutes les sociétés. Cependant, dans la société africaine, la musique a connu une certaine progression dans le temps. Celle-ci fera l’objet de notre analyse à travers ce poste.

Une valeur purement traditionnelle à l’origine

La musique dans l’univers africain avait avant tout une valeur purement traditionnelle. À cet effet, notons que l’Afrique est un continent qui n’avait pas rapidement connu l’écriture. Par conséquent, toutes les traditions africaines étaient orales. Celles-ci étaient connues et maîtrisées par les griots, longtemps considérés comme des historiens. Ainsi, les traditions africaines contées par les griots le sont souvent sous des formes de chants, exécutés par ces derniers et accompagnés d’instruments traditionnels. Par conséquent, plus qu’un mélange harmonieux de sons, en Afrique, la musique est un art, un genre littéraire. Celle-ci constitue la majeure partie des traditions africaines. Cependant, dans la plupart des cas, accompagnés de pas de danse, de paroles incantatoires et de différents rituels.

La musique en Afrique aujourd’hui

Toutes les modifications observées aujourd’hui en matière de musique africaine partent d’un seul événement : la colonisation. En effet, celle-ci a entraîné une aliénation considérable de la plupart des valeurs africaines, y compris en termes de musique. Aujourd’hui, l’industrie musicale africaine, nous donne droit à une panoplie de styles musicaux différents, mais qui pour la plupart, sont loin d’être traditionnel. Moins porteuse de valeurs qu’auparavant, la musique africaine présente aujourd’hui des musiques de type : zouglou, coupé-décalé, R&B et bien d’autres.